Prix et distinctions

  • Laurier Turgeon : Prix d’excellence en enseignement dans la catégorie encadrement aux cycles supérieurs de l’Université Laval en 2017
  • Médaille Marius-Barbeau en 2016 pour la contribution à l’ethnologie décernée par l’Association canadienne d’ethnologie et de folklore
  • « Visionary Award », Summit International Award 2014 pour la meilleure application mobile décerné à « Découvrir Québec » par un regroupement d’entreprises dans les TI aux États-Unis.

 

  • Prix « Solutions mobiles » 2014 pour l’application mobile « Découvrir Québec » décerné par l’Office de la langue française du Québec, gouvernement du Québec

 

  • Finaliste au Prix OCTAS du Québec dans la catégorie « Culture » et au Prix NUMIX du Québec décerné à l’application mobile « Découvrir Québec »
 
  • Prix « Coup de cœur » 2011 accordé à l’Encyclopédie du patrimoine culturel de l’Amérique françaisedécerné par l’Office de la langue française, gouvernement du Québec​

Encyclopédie de l’Amérique française

 

L’Encyclopédie du patrimoine culturel de l’Amérique française

L’Encyclopédie du patrimoine culturel de l’Amérique française est un ouvrage multimédia, en ligne depuis 2008. Elle présente le riche patrimoine des communautés francophones du continent nord-américain. On y retrouve les principales manifestations de ce patrimoine, ses expressions variées, ses usages et son histoire. De nombreux documents visuels, sonores et audiovisuels complètent les articles. L’Encyclopédie propose aussi des parcours interactifs qui combinent textes et documents multimédia. Ces parcours, conçus principalement pour le monde de l’éducation, permettent aux visiteurs d’en apprendre davantage sur divers sujets en participant à des jeux de questions-réponses. L’Encyclopédie est un ouvrage en développement qui s’enrichit constamment de nouveaux articles et de nouveaux documents multimédias.

[Partenaires]

L’équipe de la Chaire collabore à une exposition à l’Université Laval

L’équipe de la Chaire de recherche du Canada en patrimoine ethnologique a participé à l’élaboration d’une exposition présentée à la bibliothèque de l’Université Laval!56901_Affiche_Exposition_cabinet_curiosités_18x24-page-001

Benjamin Gadoury (photographies), Philippe Dubois (captations sonores) et Helgi Piccinin (mixage audio) ont contribué à l’exposition intitulée «Le Cabinet de curiosités», qui vise à mettre en valeur les riches collections conservées à la réserve de l’Université Laval.

Cette exposition, mise sur pied par l’équipe de la bibliothèque, présente des photographies des lieux occupés par la réserve, des objets, artefacts et spécimens d’animaux inusités, des témoignages audio de madame Gisèle Wagner, conservatrice, qui racontent l’histoire de plusieurs objets qui composent les collections, en plus de textes et panneaux d’information très instructifs.

Vous pouvez découvrir cette partie des collections de l’Université Laval à la salle d’exposition de la bibliothèque, au premier étage. Le second volet de cette exposition sera présenté jusqu’au 27 mars 2015.

 

Le patrimoine immatériel fait son entrée au Registre du patrimoine culturel du Québec

Démonstration de chant de gorgeLe 28 janvier 2014, à Montréal, le ministre de la Culture et des Communications, Maka Kotto, et la ministre déléguée aux Affaires autochtones, Élizabeth Larouche, annonçaient la désignation du katajjaniq en tant qu’élément du patrimoine immatériel.

Cette désignation est la toute première à survenir dans le champ du patrimoine immatériel, inclus dans la législation avec la Loi sur le patrimoine culturel en vigueur depuis 2012.

Le chant de gorge est uniquement réalisé par les femmes, habituellement groupées par paire. Deux femmes se placent l’une en face de l’autre. Une des interprètes entame le chant par un thème très rythmé et la seconde interprète enchaîne en y joignant son propre chant. Il s’agit dans les cas présentés ici de syllabes chantées évoquant un monde animal (cris des oiseaux, des caribous, des loups, etc.). Le son est produit par la circulation contrôlée de l’air dans la gorge de l’interprète et par des effets de la luette et de la glotte. La distance entre les deux chanteuses peut également accentuer la résonance de chacun des sons émis. Les deux chants s’élèvent sur un même rythme, mais comportent des sonorités différentes. Le chant se termine lorsqu’une des femmes se trompe, ce qui provoque le rire des deux interprètes. Ainsi, le chant peut durer entre une et trois minutes.

Dans ce contexte, l’Inventaire des ressources ethnologiques du patrimoine immatériel est fier de présenter Mary Sivuarapik, une chanteuse de gorge du village de Puvirnituq au Nunavik. La fiche, accompagnée d’un vidéo démontrant la transmission de la pratique, peut être consultée en ligne à l’adresse suivante : http://irepi.ulaval.ca/fiche.php?id=585

La fiche inscrite au Registre du patrimoine culturel du Québec peut également être consultée en ligne.